Comme pour tous nos ateliers, l’ensemble des propositions s’adaptent à nos partenaires et à leurs public.

Voici quelques exemples de modules mis en place selon deux grands axes d’intervention.

 

Sensibilisation & décryptage des médias

 

Booktube

Il s’agit de s’approprier, en une ou plusieurs séances, les codes de Youtube comme des influenceurs et influenceuses. À travers la réalisation de courts films de présentation, le groupe va endosser le rôle d’un·e critique de film, réaliser une chronique littéraire, afin de partager ses coups de cœurs. Qu’il s’agisse du livre qui nous a étonné ou du film que nous souhaitons défendre, chacun·e va devoir trouver son style, son rythme, pour collecter les clics !
Les objectifs sont multiples : lier réalisation audiovisuelle et goût pour la culture, développer des formes vidéo originales ou encore décrypter les codes des réseaux sociaux.

Les films sont entièrement réalisés avec des tablettes ou smartphone, du tournage jusqu’au montage, avec deux membres professionnels de l’association La Trame.

 

Dans 4H c’est au 20H

Deux équipes – encadrées chacune par un binôme réalisateur/monteur de La Trame – réalisent en parallèle deux courts reportages. Chaque groupe va rendre compte d’une manière différente, voire opposée, d’une même réalité (festival, spectacle, etc.). En seulement 4h, toutes les étapes de la confection d’un reportage sont abordées : écriture, tournage, montage, enregistrement de voix-off.

Dans le cadre de la 4ème journée Le Numérique prend ses Quartiers organisée par la Ville de Toulouse, l’équipe de La Trame a accompagné deux groupes dans la réalisation deux reportages. La Ville Numérique, acteurs et usagers aborde deux angles : le point de vue des acteurs du numérique et, a contrario, celui des usagers. Dans chaque équipe, les participant.es furent parties prenantes des différentes tâches nécessaires à la réalisation des films : réflexion sur le traitement, prise de vue, prise de son ou encore discussions lors du montage.

Décryptage Média

Décrypter l’information et les images médiatiques, c’est favoriser l’émancipation vis-à-vis des contenus auxquels nous sommes quotidiennement confrontés. Ce projet vise donc au développement de l’esprit critique en analysant l’image médiatique sous toutes ses formes : presse papier, vidéos, journaux TV, etc. Il peut être adapté à tous les publics et peut être ajusté à différents formats (sensibilisation, formation, etc.).

L’atelier valorise l’expression des points de vue de chacun·e : l’écoute de l’autre et le respect des avis, quelquefois divergents, sont essentiels à la réussite des ateliers. Une réflexion plus générale sur l’information se construit à partir des échanges du groupe. Ce temps est pensé comme un espace de co-construction entre les intervenant·es et les participant·es.

Il s’agit de sensibiliser les apprenant·es aux moyens dont nous disposons pour nourrir un point de vue personnel et éclairé. Pour ce faire, les intervenant·es amènent le groupe à questionner les stratégies mises en œuvre dans les médias, en particulier sur les réseaux sociaux. Les adolescent·es, comme les adultes, sont très souvent la cible de messages orientés (fake news, complotisme, placement de produits, etc.). Afin de réfléchir de manière collective et d’avancer dans une démarche de co-construction, les intervenant·es utilisent des exemples concrets pouvant être (re)connus par le plus grand nombre (journaux télévisuels, vidéos complotistes, etc.).

 

 

L’atelier repose sur les principes d’aller-retour entre éléments théoriques et pratiques. Cette articulation favorise l’adhésion du groupe, l’investissement et le ré-emploi des attitudes critiques mises en œuvre tout au long des ateliers. Les participant·es se familiarisent par exemple à la construction de l’image et de l’information par des exercices pratiques : réalisation d’une vidéo complotiste, rédaction d’un édito, choix d’images médiatiques, etc.

Exemple d’un atelier Décryptage Médias avec l’Université Fédérale et Médiad’Oc
Thématique : Construction d’un montage d’images sur le principe du détournement.
Objectifs : saisir les stratégies médiatiques, sensibilisation à la désinformation, aux intox, à la théorie du complot, fake news, décrypter les campagnes publicitaires.

Sensibilisation & découverte du cinéma

MicroFilm

MicroFilm est une approche ludique du montage sans technique apparente. Il prend la forme d’un jeu de société et en reprend les codes. Ainsi le participant devient un « joueur », le banc de montage un « plateau de jeu », les plans des « cartes », le titre du film une « carte mission ». Les images choisies servent de support à un récit, intime ou fictif, écrit par le joueur et enregistré au cours de la « partie ».

L’ambition de MicroFilm est multiple : permettre aux participant·es de s’approprier les grandes notions du montage cinématographique, réaliser un court film ou encore se sensibiliser au cinéma en devenant acteur de son propre film (choix des images, du thème, du montage, du récit, etc.).

 

microfilm_faites_de_limage.jpg

MicroFilm est modulable : il peut tout autant s’inscrire dans un évènement ponctuel avec un public de passage pour 20 minutes environ (festival, médiathèques, etc.), comme se dérouler sur plusieurs séances. Dans ce cadre-là, des séances approfondissement du cinéma sont proposées : les genres cinématographiques, le vocabulaire, sensibilisation au cadrage/son, réalisation d’un plan au téléphone portable, etc.

Le dispositif s’adapte également aux publics (enfants, adultes, primo-arrivants, etc.) mais aussi aux contextes spécifiques (apprentissage de la langue française, etc.).