Passeurs d'images Occitanie

Sortir des clichés et produire d’autres images des quartiers populaires


Jeudi 5 juin 2014 de 9 heures à 16 heures 30, à l’Espace de la Laïcité et des Diversités - Toulouse

Militants associatifs, élus, travailleurs sociaux ou professionnels de l’image, nous sommes nombreux à partager ces questionnements autour des images : que se joue-t-il entre l’image/représentation et les images produites (photographiques ou cinématographiques)


Le matin les interventions et les débats se sont centrés sur la question suivante : "Images télévisuelles, représentations et stéréotypes, comment se construisent les clichés ?"
Le débat a été animé par Estelle Lacanal, de la galerie du château d’eau
http://www.galeriechateaudeau.org/web/

Hasnia-Sonia Missaoui, Maître de conférences en Sociologie à l’Université Toulouse Le Mirail, "Sociologue des migrations", nous a présentés brièvement "La figure de l’étranger" sous un angle sociologique.
Sa page sur le site de l’univsersité du Mirail
http://w3.lisst.univ-tlse2.fr/cv/missaoui_hasnia-sonia.htm

- Jérôme Berthaut, Sociologue, maître de conférences à l’université de Bourgogne,
En décortiquant les conditions de production d’un reportage du journal 20h, Jérôme Berthaut nous a montrer comment se perpétuent les stéréotypes sur les quartiers dans les journaux TV.

Sa page sur le site de l’Université Nice Sophia Antipolis
http://urmis.unice.fr/spip.php?article575

auteur de La banlieue du « 20 heures », Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Editions Agone, 2013
Plongés dans un collectif de travail régi par des logiques économiques (audience, productivité), le poids des sources légitimes et des modèles professionnels importés de l’audiovisuel commercial, les journalistes de France 2 fabriquent et perpétuent les lieux communs sur les habitants des quartiers populaires pour satisfaire dans l’urgence la commande de reportages prédéfinis par leur hiérarchie. À partir d’une enquête menée au plus près des pratiques quotidiennes des journalistes, ce livre propose une explication sociologique à la permanence des représentations réductrices véhiculées par certains contenus médiatiques.

4 jeunes d’Unis-Cité présentent le court-métrage qu’ils ont réalisé avec l’aide de Xavier Larroque "Un regard sur les Izards".
Le film est visible sur youtube
http://www.youtube.com/watch?v=0tyKoWShr5Y

L’après-midi, les échanges se sont centrés sur des partages d’expériences. "Créer des images dans les quartiers populaires : démarches d’artistes"


- Leïla Cheblal, coordinatrice association EDV, résidences "Essais Vidéo"
Résidences d’artistes dans le quartier du Mirail depuis 2010. Travail photographique et vidéo. Travail sur la photo argentique avec des artistes et des jeunes du quartier. Restitution par un livret en noir et blanc.
http://www.edvdistribution.fr/news.html

- Boris Claret, réalisateur, association la Trame, film "Ghetto et sentiments"
Le scénario a été écrit collectivement dans un atelier d’écriture de janvier à avril 2013. Le tournage s’est déroulé à La Reynerie en juin, pendant 12 jours. Des dizaines d’habitants et d’associations ont contribué à ce film.
Un projet initié par Dell’Arte et des habitants du Mirail, accompagné par La Trame.
Boris Claret partage son retour d’expérience et sa place dans ce projet en tant que réalisateur.
http://www.la-trame.org/Ghetto-sentiments

- Sara Jabbar-Allen, photographe, collectif Alter Images, livre "6T jeunes, jeunes 6T"
La photographe nous a présenté la demarche et le projet "6T jeunes, jeunes 6T". 3 photographes ont contribué au projet, Sara Jabbar-Allen, Hélène Hébrard et Jérôme Bonnot,. Il s’agit de témoignages de jeunes de 18-25 ans dans les quartiers populaires de Toulouse. Travail sur les clichés existants sur les jeunes. L’idée c’est que ces jeunes racontent un morceau de leur parcours de vie pour donner à voir une autre image des jeunes.
Collectif Alter Images
http://alterimage.eu/

Journée organisée par l’Association La Trame dans le cadre de Passeurs d’images.
Passeurs d’images Midi-Pyrénées est soutenu par la DRAC Midi-Pyrénées, la Ville de Toulouse et la Région Midi-Pyrénées.