Éducation à l'image et aux médias

Les ateliers de réalisation avec le secteur associatif

Animation et socio-culturel

La Trame anime des ateliers de réalisation après de différents publics et dans différents cadres, souvent avec des enfants ou des jeunes, parfois avec des adultes.
Si dans les activités scolaires, le groupe est déjà constitué en classe, dans les ateliers menés avec le secteur socio-culturel, c’est autour du projet de film que le plus souvent le groupe se forme. Définir le projet, écrire le film, préparer le tournage, filmer, jouer et monter ensemble, constitue une expérience structurante et valorisante.
Les contraintes spécifiques de la création audiovisuelle permettent de développer l’autonomie à l’intérieur d’un collectif, et les ateliers peuvent s’articuler avec un projet thématique mené par la structure.

- 2005-2007 : projet ARTE avec le pays Pyrénées Cathares : un grand projet culturel transfontalier, dont La Trame assure la partie ateliers de réalisation audiovisuelle.
- Etés 2003-2005 et depuis 2008, ateliers de réalisation avec des jeunes à Carmaux (81) dans le cadre de Passeurs d’images
Un film réalisé en atelier : Le Jardin
- Eté 2002, un atelier de création avec les jeunes de Millau (12), en partenariat avec la MJC de Millau dans le cadre de Un été au Ciné/Cinéville
- Foyers ruraux et communauté de communes de Saint-Geniès (31)
Ateliers vidéo animés depuis 2004 par Marc Khanne. Réalisation de films avec la population.

Médiation audiovisuelle :

Nous travaillons avec des jeunes en grande difficulté pour lesquels le langage ne fait pas toujours lien social.
Filmer l’autre, se laisser filmer, vouloir raconter l’autre ou se raconter, est un processus de créativité qui permet à l’individu l’approche de la réalité extérieure.
Notre démarche est de ménager, dans le cadre de vie habituel de notre public, un espace ludique intermédiaire, qui permet une « ré-appropriation » progressive de l’image de soi.
Grâce à la prise en main technique des appareils, au libre jeu avec l’image du corps, l’espace et le temps, que permet le feed-back vidéo, mais aussi à l’attitude non évaluative et au regard empathique des encadrants, les sujets peuvent ébaucher un processus de restructuration narcissique, en découvrant leurs potentialités physiques et intellectuelles, à partir des multiples témoignages de leur réalité apportée par l’enregistrement
vidéo.
Notre expérience nous enseigne également la prudence, car si l’image vidéo est un agent de construction ou de consolidation de l’identité, elle peut aussi révéler des failles de l’identité. Ceci peut expliquer, dans le cadre d’ateliers, la réticence de certains jeunes en difficulté à s’approprier l’outil vidéo.
La création vidéo, la prise de parole sont autant d’exercices qui permettent une prise de conscience. Apprendre à voir au-delà du miroir, interpréter la réalité dans laquelle nous vivons, en décodant son propre système de signes pour différencier le réel de la réalité. Une pratique de la vidéo permet de faire cette différenciation entre le réel qui s’apparenterait à de « la
matière » brute et la réalité qui serait le fruit de la transformation opérée par le sujet.

Nous vous présentons plusieurs exemples de réalisations en ateliers

- Atelier vidéo quartier Papus Faourette avec l’association de prévention Circuit Jeunes.
- Film atelier réalisé avec des jeunes de l’Etablissement Public Médico-Social de la Vergnière en 2005 La vie des hauts et des bas
- 2003, 2004 et 2005 : Avec le Festival Résistances à Foix, animation et préparation du jury jeunes par Renaud Verbois
- Avec l’association de prévention Circuit Jeunes, à Toulouse, réalisation en 2002 d’un film sur les conséquences de l’explosion de l’usine AZF sur les jeunes du quartier Papus-Faourette.