Éducation à l'image et aux médias

Enseignements de spécialité cinéma audiovisuel

La Trame est partenaire Culturel de l’enseignement de spécialité cinéma-audiovisuel (option) du Lycée Las Cases de Lavaur (81) et du Lycée Jean Vigo de Millau (12).

La Trame est partenaire culturel de l’enseignement de spécialité au lycée Las Cases de Lavaur depuis son ouverture en 1999.

Paul Chiesa (producteur), Boris Claret, Christophe Jacquemart et Denis Savès (réalisateurs), et Isabelle Dario (monteuse) y accompagnent les réalisations des élèves.

En 2009/2010, les trois niveaux de la section cinéma du Lycée Las Cases de Lavaur ont donné lieu à la réalisation de treize films :

• 2 « films en un jour » en classe de seconde : Pour les autres » et « Le billard »
• 2 films de fiction en classe de seconde : « Clichés d’argent » et « Doux Bleu »
Clichés d’argent a reçu le 1er Prix aux Rencontres Lycéennes de Vidéo de Bagnères-de-Bigorre et a été diffusé au festival de Gindou
• 2 ébauches de films documentaires en classe de première
« Portrait d’un SDF » et « Le tabac au cinéma »
• 2 films expérimentaux en classe de première sur le thème carré / rond
• 5 films en classe de terminale : Mélo, boulot, dodo », « Plus loin que vous ne le projetiez », « C’était plus facile avant », « Comme les autres » et « Des illusions »

La Trame est partenaire du lycée Jean Vigo de Millau depuis la rentrée 2006.

Josh Imeson (réalisateur) intervient auprès des élèves tout au long de leur cursus dans l’accompagnement de leurs réalisations. En seconde, nous démarrons l’initiation par des exercices très encadrés :
- la réalisation d’un film « photos » en 30 clichés et 3 séquences maximum par groupe de 4 élèves maximum et avec un travail de rédaction personnel sur l’intention et un thème imposé,
- la réalisation d’une histoire uniquement « audio » à partir d’un texte déjà écrit et/ou d’un film déjà réalisé,
- la réalisation complète d’un film de fiction sur un scénario imposé de 3 minutes en « tourné -monté », et dont le réalisateur est l’intervenant afin de « soulager » les élèves de décisions souvent difficiles lors d’un premier film,
- l’écriture (scénario/découpage) et la réalisation d’un sujet libre de 5 minutes maxi, de 5/6 scènes et de 20/25 plans maxi, ainsi que la rédaction des intentions.
En première, des exercices progressifs amènent les élèves vers l’autonomie, autour du film expérimental, puis du documentaire, puis un film "libre" réalisé en autonomie par les élèves.
Les exercices en terminale se concentrent autour du montage, et le réalisateur accompagne les réalisations des élèves pour le bac.
Tous les élèves de la section participent à des ateliers (sur deux jours) animés par des techniciens, autour du cadre, du son, de la lumière ou du montage.

Nous organisons également l’école du spectateur : participation à des festivals, accès aux films en salle (achat de billets) au cinéma Les lumières de la ville, organisation de projections.

2010/2011 :

La réforme en cours du lycée nous amène à revoir fondamentalement notre mode d’intervention, puisque l’enseignement de spécialité disparaît de la classe de seconde. Les volumes horaires et financiers ont été maintenus pour les classes de première et de terminale.
L’incertitude sur l’avenir en première et terminale (nombre d’heures et volume financier) nous oblige à envisager chaque année d’enseignement sans visibilité pour établir avec les enseignants une progression sur le cycle.